Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Dominique SAMPIERO

Royal Carnet - Jeudi 24 octobre

Carnet de Résidence.

Jeudi 24 Septembre

Saint Florentin

Dictontaine :

À la Saint Florentin

Ne remets pas à deux mains

Ce que tu peux faire avec tes pieds

Depuis le tout début, l’idée est la suivante : dans chaque petite case de l’immeuble ou de la maison, sur chaque mètre carré de bitume ou d’herbe de ce quartier de Valenciennes, vivent des hommes, des femmes, des enfants et chaque homme, femme et enfant de Chasse Royale est un livre vivant qu’il faut doucement extraire du rayonnage qui le protège et l’enferme.

Chaque être de ce petit village urbain, comme partout dans le monde où les individus se parlent, se taisent ou se révoltent, est porteur d’une histoire qu’il faut aider à reconstruire, à livrer, à raconter. À écrire, à filmer, à danser.

Chasse Royale est une immense bibliothèque silencieuse qui parfois serre les dents, serre le cœur, serre les poings. À nous d’en tourner les pages avec patience et obstination.

À nous d’installer la confiance pour ouvrir la parole de ces personnes comme des livres précieux et invisibles. Ce n’est plus une question de bon sentiment. Mais de dignité. Il faut être reconnu comme une personne avant d’être un citoyen. Rendre à son histoire sa place dans l’Histoire. Donner du sens à sa vie dans un face à face avec les autres.

La fin de la résidence approche. Impression étrange et foules de questions se bousculent. Officiellement, la convention s’arrête le samedi 30 novembre et la proposition de la prolonger l’année prochaine pour l’écriture d’un spectacle à partir de toute cette matière fait son chemin auprès des élus et porteurs du projet. Pourquoi pas l’édition d’un catalogue avec textes, photos, transcriptions de vidéos... et l’organisation d’une expo : un beau cadeau à faire aux habitants.

Mais impossible de tourner la page comme ça et la décision est prise : afin de maintenir le lien et assurer une pérennité au projet, la vie du blog continue. Et surtout le déroulement du Prix littéraire Royale Bibliothèque qui sera remis en juin 2014 au cours d’un week-end rencontre à organiser ensemble.

Autre bonne nouvelle : le groupe s’est agrandi et des lecteurs de la médiathèque de Valenciennes, rencontrés lors d’un déjeuner lecture autour de René Lelièvre, nous ont rejoint.

Voilà plus de six mois que nous défendons l’idée de mélanger le public et de ne pas travailler uniquement avec les habitants du quartier. L’arrivée de cinq nouvelles personnes dans cet atelier est un premier pas. Avec une proposition insolite lancée pour les mois qui suivent : organiser des journées de LECTURE EN L’AIR. Des bénévoles s’installeront un peu partout, sur un banc, dans le centre social, dans le café... pour lire aux passants des extraits de roman : désir de partager la lecture comme acte de citoyenneté.

La semaine prochaine sera consacrée à l’écriture d’un conte, le matin, avec les sept huit ans et d’une BD avec les ados l’après midi au centre social Dehove.

Mais aujourd’hui, les jeunes de Chasse Royale m’ont fait sans le savoir un cadeau Royal. Géant. Énorme. Me rendant au Collège pour découvrir un groupe d’ados en répétition avec le Théâtre de l’Opprimé, le choc : dirigés par Law et Mounir, Ilias, Perrine, Magali, Clara, Mohammed, Luann, Lillie, Dylan, Corentin et Elisa ont joué de toutes leurs forces des scènes de leur vie quotidienne.

En partant du reproche d’une amie envers une autre amie : "Tu te fais passer pour une petite pute sur Fac Book et t’assume ?...", jusqu’à des scènes quotidiennes de conflit sur la répartition des taches ménagères, j’ai senti l’engagement total de ces jeunes comédiens dans leur volonté de "jouer" leur vie. À travers leurs improvisations travaillées et retravaillées, ces ados m’ont fait redécouvrir le sens même du théâtre. Partir des souffrances et des conflits de sa propre existence pour en faire une forme qui transmette, s’engage, change le regard.

J’ai pris le temps de leur communiquer mes impressions de spectateur en leur offrant la possibilité de publier leurs scénettes dans les pages de ce blog. J’attends leur réponse avec impatience.

Je me suis souvenu d’une autre résidence dans un lieu que je ne citerai pas où l’enseignante, soutenue par la principale, suite à la transposition d’un conte ancien en conte moderne et dans lequel les jeunes filles faisaient aux elfes le souhait d’avoir "une aussi belle poitrine que Nabila", a confisqué ces textes sans m’en dire un mot sous prétexte qu’ils étaient incompatibles avec la vie du collège...

Je suis encore sous le choc de cette censure et surtout de la méthode : contester un contenu avec un écrivain dans un atelier, certes, mais pas dans son dos. Il est toujours possible de remodeler un travail à condition qu’on en parle.

Ce petit spectacle construit par des élèves m’a rendu confiance avec le sens de l’engagement artistique dans les établissements scolaires. À travers le théâtre, l’écriture, la photographie ou d’autres formes de pratiques, on peut réconcilier l’élève avec sa propre créativité, l’estime et la confiance en soi et le remettre sur le chemin du désir et d’une volonté d’apprendre.

Pour avoir un métier ? Non, pas seulement. Pour changer le monde. En abaissant les objectifs de l’enseignement à une réussite normative, on prive l’éducation de sa part de rêve et d’imaginaire. On n’apprend rien sans colère, sans rêve et sans révolte. Eduquer n’est pas normaliser ni soumettre. Educare en latin signifie également « faire sortir » et «mettre dehors ». Ambiguïté qu’il faut résoudre dans l’expression et non l’exclusion.

Dominique Sampiero

Royal Carnet - Jeudi 24 octobre

Commenter cet article

Mounir OTHMAN 29/10/2013 00:59

Bonjour Dominique,
merci pour ce récit, c'est une belle reconnaissance pour notre travail à tous. A nous, comédiens du théâtre de l'opprimé, mais surtout à ce groupe de jeunes collégiens. Votre visite et vos remarques les ont un peu plus valorisés, et leur ont mis un peu plus d'étoiles dans les yeux. Et on sait ô combien cette reconnaissance, cette valorisation est importante. Mais surtout, ils croient de plus en plus en ce qu'ils ont créé, et le montrer à un public devient une nécessité.
Pour les textes des scènes, nous vous les enverrons, et évidemment! bien sûr! avec plaisir! nous vous permettons de les publier sur ce blog.
En espérant vous rencontrer à nouveau.
Mounir et Law

Laurent Levant 28/10/2013 21:16

Je lis depuis quelques mois déjà ce blog avec un bonheur toujours aussi intense ( Merci Dominique ! ) Ce blog ne doit s'arrêter sous aucun prétexte. Ces tranches de vies sont trop belles, trop fortes pour cesser. Bravo et grand merci aux auteurs.

Bernadette B 26/10/2013 17:34

Il faut permettre à tous les enfants de faire de temps en temps l'école buissonnière, ne serait-ce qu'en rêve.
NB: A tous les enfants? Oui. Autrement dit:
sans oublier ceux qui (riches ou pauvres, cela n'a, en l'occurrence, aucune importance) ont un QI très (et parfois trop) élevé...

Goulven 26/10/2013 07:47

Oui, il faut lutter contre la normalisation et l'éducation doit donner aux enfants de faire l'école buissonnière . En tant que sculpteur, je me suis déja heurté (dans des interventions en milieu scolaire) à ce genre de censure, bien que ma sculpture soit abstraite...

sampiero dominique 26/10/2013 09:58

Il faudrait ouvrir un débat sur les conditions d'accueil des artistes en milieu scolaire. L'Education Nationale n'a pas défini clairement à quoi s'engage l'institution vis à vis de l'artiste... Et, dans ce domaine, le pire côtoie le meilleur... Parfois, les parents ne sont même pas informés de l'intervention d'un artiste dans l'établissement et celui-ci est considéré vaguement comme un animateur... et l'oeuvre n'est pas mise en valeur !!!
Il y a vraiment une charte à élaborer sur le sujet... non ?

Jean Pierre FUSIER 25/10/2013 13:29

Cet article est très réaliste et très émouvant.
Tu es un homme de coeur Dominique, tout comme ceux qui t'accompagnent dans cette action.
BRAVO ! 1 000 fois bravo !
J'ai envie de vous rejoindre ... à quand un petit polar écrit collectivement ? ;-)

sampiero 25/10/2013 20:56

bonne idée